# 239- Sur la plage abandonnée

image

Hier soir, alors que l’après-midi passée sur la plage touchait à sa fin, je me suis quelques instants arrêté. J’ai regardé autour de moi. Il n’y avait presque plus personne. La plage, lieu si animé ces derniers temps, était redevenue une étendue sablonneuse soumise aux caprices du vent. Les mouettes, qui avaient guetté toute la journée les déchets laissés par les humains au comportement si étrange, venaient prendre possession de leur repas du soir. À l’horizon le soleil, bien qu’encore vaillant, se préparait doucement mais sûrement à entrer dans l’eau. Un bain de minuit quotidien en somme dont il ne ressortirait qu’au petit jour, le lendemain, de l’autre côté de l’île cette fois.

Il y avait aussi l’océan, bien sûr. Toute cette eau, à perte de vue. Aussi mon regard ne pouvait que se tourner vers les vagues qui s’échouaient sur le rivage, éléments à son échelle. Tantôt suaves et caressantes, tantôt brutales et jaillissantes, elle formaient des bulles et des gouttelettes ou contact du sable encore chaud et des rochers émoussés. Et je me disais que cette eau avait toujours été là. Qu’inlassablement depuis la Nuit des Temps, elle venait façonner et bercer cette côte; que c’était son quotidien, sa destinée. Rien d’autre à faire pour elle que de se coucher sur le sable. Aucun échappatoire, aucune autre alternative. Et les rochers de se laisser raboter, impuissants.

Devant ce spectacle j’eus soudain l’impression d’être incongru, de ne pas avoir ma place. Nul besoin de moi pour continuer à fonctionner. Les rochers, l’océan, le soleil, le sable… tout s’harmonisait, se complétait. Et moi au milieu je me faisais l’impression d’être comme une erreur dans un tableau parfait. Une sorte de spleen me poussait alors très loin de ce rivage paisible. J’étais comme submergé par l’idée que pendant des milliers d’années encore les mêmes vagues qu’aujourd’hui viendraient s’échouer ici et que bien d’autres baigneurs éphémères, en tout point identiques à moi, viendraient prendre conscience de la réalité de leur place dans l’Univers.
Il était temps de rentrer.

Publicités

2 réactions sur “# 239- Sur la plage abandonnée

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s