#233 – Ce que les yeux ne peuvent pas voir

Je suis souvent, comme vous peut-être, étonné de certaines coïncidences. Par exemple, lorsque j’apprends un nouveau mot, je suis certain que dans les quelques jours qui suivent, je vais l’entendre ou le voir à de multiples occasions alors que jusqu’à maintenant, je ne le remarquais pas.
Encore plus spectaculaires sont ces coïncidences qui me font tomber nez à nez avec quelque chose qui m’est très proche (ou personnel) mais dans un contexte totalement improbable. Par exemple, l’autre jour, garée juste en bas de l’immeuble dans lequel je travaille, une voiture dont la plaque d’immatriculation comportait en petits caractères le texte « Garage R. [du nom du garagiste], 02… B. » Or il se trouve que je connais bien ce garage Renault, situé… dans le village où j’ai passé une grande partie de mon enfance et de mon adolescence ! Le garagiste en question était à l’école avec moi ! Comment expliquer qu’une voiture ornée d’une plaque provenant de son garage puisse se trouver garée devant un immeuble de bureaux à Paris, qui plus est celui où je travaille ? Je n’y connais pas grand chose en probabilités mais je suppose que mathématiquement une telle possibilité n’était pas exclue. Ce qui me surprends peut-être le plus finalement, c’est que mes yeux soient tombés sur cette plaque, et sur cette toute petite mention en particulier.

Toutes ces coïncidences, tous ces hasards heureux, n’ont pas manqué de m’interpeller. Et j’ai fini, à force d’y réfléchir, par élaborer une théorie. Je vous la livre : d’après moi, mes yeux et mes oreilles (entre autres sens) perçoivent absolument tout ce qui les entoure. Ainsi, tous les sons sans exception qui passent dans ma zone d’audition (qui, à mon avis, est bien plus étendue que je ne le présume), tous les objets, toutes les couleurs, tous les signes, qui traversent mon champ de vision (qui comme chacun sait dépasse très largement la seule distance entre mes deux yeux), tous ces éléments, donc, entre dans ma perception. Jusque là rien d’étonnant puisque je ne peux de toute façon pas empêcher mes oreilles d’entendre ni mes yeux de voir. En revanche, je suis désormais convaincu que tous ces stimuli sont filtrés par le cerveau et que ce dernier ne porte à ma connaissance (à ma conscience) que ce qu’il juge opportun de me faire détecter. Ainsi, mes yeux voient-ils toutes les plaques d’immatriculation qui passent devant eux, mais seules quelques unes, celles qui sont « intéressantes » pour moi, me sont révélées. Il en va de même pour les paroles, les sons, et donc les nouveaux mots, qui tourbillonnent autour de moi. D’un seul coup ces mots deviennent intéressants et, bien que je les aie déjà entendus auparavant, je n’en avais pas conscience ou, dit autrement, je n’y avais pas prêté attention. Le seul problème c’est que là où l’attention suppose un acte volontaire, ma théorie suppose, elle, que tout ce processus de filtrage des informations se fait sans notre participation active !

Ceci explique peut-être pourquoi une personne peut voir celui ou celle après lequel ils courent désespérément mais ne verra jamais celui ou celle qui se languit d’amour pour elle….

Publicités

5 réactions sur “#233 – Ce que les yeux ne peuvent pas voir

      • En effet. Pour tout dire, je ne suis pas très étonné. Disons que je m’en doutais,… ou que j’avais déjà lu/vu deux trois choses sur le sujet mais sans jamais réussir à poser une théorie plausible (= qui me satisfasse) sur ce comportement étrange, voire dérangeant et donc sans en comprendre le fonctionnement.

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s