#232 – Apprendre toujours

Depuis maintenant 3 semaines, comme vous le savez peut-être (ou pas), j’apprends à nager. C’est un projet que j’ai en tête depuis de nombreuses années et, après quelques approches infructueuses de la question, je me suis enfin décidé à franchir le pas, les infrastructures parisiennes se prêtant bien davantage à mon souhait.
Ce qui me vient à l’esprit quand je repense aux cours de natation que je suis, c’est que toutes mes certitudes reposent sur mon imagination, rien que ça !

La première chose que j’ai découverte, c’est qu’un complexe peut se transformer en fierté. Etonnant, mais vrai. Pour tout vous dire, j’avouais du bout des lèvres à mon entourage que j’apprenais à nager (sous-entendu, donc, que je ne savais pas [nager]). Et je me disais que c’est un peu « la honte » de reconnaître cette incompétence à 40 ans passés… Mais je me suis aperçu qu’invariablement mes interlocuteurs retenaient, avant toute autre chose, ma volonté et mon courage, étant entendu qu’il n’est jamais facile d’entamer un apprentissage quand on a plus de 40 ans… (Et qui plus est celui-ci parce que souvent, dans l’esprit des gens, on apprend à nager dans nos premières années de vie)
Je n’avais pas pensé à cet aspect des choses parce que j’étais focalisé sur ma lacune (ne pas savoir nager) et non sur ma capacité (accepter d’apprendre). Je pensais faire l’objet de quelques railleries gentilles, tout comme je m’attendais à être jaugé, sinon jugé, par les autres nageurs dans le bassin.
Là encore, surprise (de taille) : les autres nageurs ne semblent pas montrer beaucoup d’intérêt pour mes tentatives de flottaison, de nage ou de plongeon. C’est que j’avais oublié qu’ils ont tous, à un moment donné, même lointain, dû apprendre comme je suis en train de le faire…

La deuxième révélation qui s’est imposée à moi a été de découvrir que je ne savais même pas barboter ! J’imaginais que je n’avais pas trop peur de l’eau, que je savais me débrouiller… eh bien, pas du tout ! Nombreux étaient les proches qui me disaient « Bon, tu n’es pas un super nageur, mais tu te débrouilles bien… ». Ils se trompaient. Je ne faisais que faux mouvements et gestes de survie désespérés. Apprendre que l’eau est une amie est sans doute ce qui est le plus difficile. Qu’on peut se sentir bien même avec la tête sous l’eau. Qu’elle nous porte…  Tout cela on le sait parce qu’on nous l’a vaguement dit il y a longtemps, mais, en tout cas en ce qui me concerne, on ne le croit pas vraiment. Et pourtant c’est vrai. Nous avons passé 9 mois dans du liquide avant de naître et même si nous avons pris des habitudes de terriens, il n’est pas impossible de se réconcilier avec l’eau.

Troisième découverte : les piscines peuvent devenir des lieux où je me sens bien. Ça n’a l’air de rien, mais le simple fait de sentir l’odeur du chlore ou d’entendre les douches près des vestiaires me renvoie à des années « compliquées », lorsque j’étais enfant (adolescent). A cette époque je vivais un calvaire en allant à la piscine avec l’école. Premièrement parce que je ne savais pas du tout me « débrouiller » dans l’eau. Je ne prenais donc absolument aucun plaisir à me retrouver au bord du bassin à devoir sauter dans l’inconnu. Deuxièmement parce qu’à l’âge où je prenais conscience de ma [homo]sexualité, me retrouver à poil au milieu d’autres garçons, nus eux aussi (et en pleine explosion sexuelle de surcroît), me heurtait profondément.
L’ironie [le hasard ?, les coïncidences ?] fait que la piscine dans laquelle je patauge ressemble étonnamment à celle dans laquelle on me jetait dans ma jeunesse… Mais la différence c’est que cette fois ci j’ai choisi d’y aller. Et je me retrouve avec plein de personnes âgées … ça change diamétralement mon point de vue !

Je suis extrêmement fier de moi. J’aimerais progresser plus vite, mais chaque chose en son temps. L’essentiel est de tenir et de rester motivé. Il faut dire que chaque séance est très « sportive ». D’ailleurs c’est le quatrième point que j’ai noté : je ne suis pas sportif ! Moi qui pensais que courir régulièrement faisait de moi un homme « assez sportif » je m’aperçois qu’en réalité je pratique mal. Je cours « bêtement » parce que c’est facile d’accès et que ça me permet de ne pas tripler de volume tout en faisant somme toute assez peu d’efforts… Mais je ne progresse pas. Pour plusieurs raisons : la première étant que je ne suis pas à l’écoute de mon corps. Je ne maîtrise pas mon souffle, mes jambes, mon dos, mon mental. Je subis un exercice. La seconde est que je ne me dépasse pas : je ne cherche pas à aller au-delà de ce que je crois savoir de moi. J’ignore que mon potentiel (comme celui de la plupart des gens) est quasi illimité. Résultat, c’est mon corps qui me dépasse et me décourage quand il en a marre !

Loin d’être décevant, tout cela est en fait extrêmement stimulant. L’apprentissage, en permanence, est un des secrets de l’équilibre je crois. Peu importe que ce soit la natation, un sport, une langue étrangère, une technique. Quelle que soit la chose que l’on découvre et que l’on décide d’intégrer, elle nous apporte toujours bien plus que ce qu’elle  laisse entrevoir comme bénéfice direct. Par exemple, je me suis remis à l’espagnol dernièrement. Eh bien les conséquences de cet apprentissage dépassent de très loin le simple fait de pouvoir « me dépatouiller lors de mes prochaines vacances »… Il m’aide, entre autres, dans l’utilisation de ma propre langue, et donc dans mon écriture, dans ma façon de lire aussi…
Mais c’est une autre histoire !

Publicités

3 réactions sur “#232 – Apprendre toujours

    • Merci pour cette attention ! Ça me fait très plaisir que vous ayez pensé à moi.
      Je ne suis pas trop fan de ce genre de chaîne mais je veux bien me prêter au jeu car ça ne m’arrive pratiquement jamais 😉

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s