#218 – For intérieur

Pourquoi devrions nous nous contenter de vies médiocres et sans relief ? Au nom de quoi serions nous corvéables à merci et au nom de qui n’aurions nous qu’à nous taire ?

Évidemment rien ni personne ne devrait pouvoir nous imposer une existence dont n’aurions pas voulue et que nous n’aurions pas choisie.  Et, de fait,  personne ne nous l’impose ! Nous nous limitons de nous mêmes comme des êtres intelligents et autonomes que nous sommes. En tant qu’adultes en pleine possession de nos moyens, nous agissons en parfaite connaissance de cause, totalement libres de faire des choix, de décider en notre âme et conscience… C’est en accord avec notre for intérieur que nous prenons délibérément la route que d’autres tracent pour nous.

Dit comme cela, il y a de quoi douter… Nous ne pouvons pas imaginer une seconde que si nous avions le choix nous agirions comme nous le faisons aujourd’hui ! Et pourtant, nous avons bel et bien le choix.
Pour tout dire, nous avons surtout 2 alternatives. La première c’est de vivre nomme nous l’avons toujours fait : en désaccord total avec nous-même, avec nos valeurs et notre identité, à courir après un bonheur qui nous paraît trop complexe et trop lointain pour être atteint, alors même que ses racines sont en nous. La seconde est de nous remettre en phase avec notre vraie nature. La vie n’est pas un chemin de croix pour qui est en harmonie avec lui-même. Les tensions les plus vives, les déceptions les plus cruelles, les regrets et les remords, naissent non pas d’un environnement qui s’acharnerait contre nous, mais bien plus sûrement de notre recherche de félicité à travers des actions, des raisonnements et des attitudes à l’opposé de ce que nous sommes.

Par exemple, je ne suis pas « fait » pour être commerçant. Je ne crois pas que les clients aient toujours raison et je trouve les métiers du commerce vraiment ingrats car très exigeants et totalement déconsidérés. Pour autant, depuis plus de 20 ans je m’efforce de croire que je peux encore m’épanouir dans ce domaine d’activité… Faut-il être sacrément conditionné pour, malgré les évidences, continuer à insister de la sorte ? Il est probable que je puisse tenir encore ainsi de nombreuses années… mais il est tout aussi certain que je n’y trouverai ni joie, ni enrichissement personnel. Car je me trouve fondamentalement dans la direction opposée à ma nature. Et ainsi tout en moi lutte pour que je renonce à cette voie, que je quitte ce chemin que je sais erroné…

Dès lors, la question qui se pose est « quelle est ma VRAIE Nature » ? Quel est mon but, ma mission ? Non seulement il me faut m’interroger sérieusement et profondément sur ce sujet ; mais je vais aussi — et surtout — devoir réfléchir à la façon dont je vais quitter cette route pour en emprunter une autre.

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s