# 193 – Négociations

Je suis sur le point de demander à mon responsable la possibilité de travailler de la maison au moins un jour par semaine. Bien que ça ne fasse pas grande différence avec aujourd’hui en termes de présence au bureau, c’est tout de même compliqué car il n’y a pas d’accord de télétravail dans ma boîte. Et bien sûr le mot « maison » inquiète car pour beaucoup d’esprits français, il est synonyme de « glandouille »… Aussi je sais déjà que l’on n’emploiera pas le mot « télétravail » et que mon contrat ne sera pas modifié. Pourtant aujourd’hui dans des tas d’autres services cette pratique est très répandue, connue mais tue. On fait comme si on ne le savait pas et ça arrange tout le monde… J’entends en ce qui me concerne établir un dialogue net et précis sur le sujet et obtenir un aval explicite de ma direction.

Pour tout vous dire, je ne savais pas trop comment amener mon propos jusqu’à ce qu’une intervenante, lors d’une présentation quelconque, prononce ces quelques mots : «nous avons fait une proposition qui tenait compte de plusieurs facteurs» (ce n’était pas tout à fait la même tournure, mais ça voulait dire la même chose…). Et cette phrase qu’elle a prononcée à cet instant précis à fait TILT dans ma tête. Je me suis dit que c’était pour moi la seule façon de parvenir à un accord : présenter une solution (à un problème, car au départ il y a quand même une difficulté qu’il faudra bien régler d’une manière ou d’une autre) qui soit gagnante à la fois pour moi et pour l’entreprise. Ça coule de source lorsque je l’écris ici, mais c’était loin d’être évident quand j’ai commencé à y réfléchir.

Toujours est-il que j’ai identifié 4 facteurs dont je pense devoir tenir compte dans mon argumentation : 1) mes conditions de travail actuelles (la source du problème), 2) les objectifs de productivité que me fixe mon Chef, 3) nos méthodes de communication et 4) les objectifs de l’entreprise. Je ne vais pas vous faire tout le topo ici mais voilà grosso-modo comment ça va s’articuler :
1) des conditions de travail difficiles → pourquoi ? → bruit, interruptions, manque de concentration, etc…
2) les objectifs de productivité fixés par mon Boss → lesquels ? → aller au bout des dossiers → mieux analyser → plus vite → faire plus et mieux.
3) nos méthodes de communication → vivons mobiles ! → nous savons déjà toue les outils
4) objectifs de la boîte →aider les succursales, être productif, être concret, être pertinent.

Evidemment, il reste quelques points dont je ne parle pas et notamment la cohésion d’équipe, les réunions (lors desquelles nous avons droit à des présentations aussi longues qu’ennuyeuses), ou le problème des impressions papier qui, aussi ridicule que cela puisse paraître, est un vrai poste de dépense (aujourd’hui pris en charge par la société, mais demain…). Je compte utiliser ces petits points (qui ne manqueront pas d’apparaître comme des obstacles insurmontables) comme marge de négociation. Exemple : je suis d’accord pour assister à toutes les réunions dans la mesure où on les regroupe le plus possible sur une journée comme le lundi (le lundi étant le jour où mon chef fait SA grande réunion à lui … )

Mais, me direz-vous, pourquoi Diable vouloir négocier un tel accord ? La première maison est celle que j’invoque dans mon argumentaire : les conditions de travail intenables. La seconde est plus personnelle : mieux m’organiser et mieux travailler pour au final pouvoir me dégager du temps. L’idée étant bien entendu de me consacrer un peu plus à mon projet perso. Mais évidemment, cela ne doit pas être évoqué lors de l’entretien ni même transparaître dans mes propos. Il faut que j’y sois très attentif car je suppose que c’est la première chose qui va venir à l’esprit de mon responsable hiérarchique.

En conclusion de tout ça, je dirais que je suis plutôt confiant même si je sais que ce n’est pas gagné. Si ça ne marche pas, il me restera toujours la possibilité de m’organiser différemment dans mes déplacements même si, dès lors que ma proposition aura été refusée, je serai sous « contrôle accru » … C’est le risque à prendre, tout comme de recevoir l’étiquette de «celui qui risque de bientôt quitter la boîte». C’est un jeu un peu dangereux, encore qu’il n’est pas du tout impossible que je devienne réellement celui qui va effectivement bientôt quitter la boîte ! Le tout est d’assumer. Verdict le mois prochain et si d’ici là, si vous avez des expériences similaires à partager, je suis preneur 😉

Publicités

2 réflexions sur “# 193 – Négociations

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s