#191 – Le grand « On »

Qui peut bien avoir le droit de décider pour moi de ce que je veux faire de ma vie, de comment je souhaite la remplir ? En théorie personne.
Pourtant nous sommes en permanence à la merci de gens et de systèmes qui décident pour nous de ce qui est bon, de ce qu’il faut faire, penser, dire, écouter ou lire.
Nous ne sommes pas maîtres de nos vies, contrairement à ce que nous pensons peut être.

Nous sommes contraints de plein de façons différentes. Par exemple, nous sommes dépendants de certains objets absolument superflus ou nous faisons des choix totalement dénués de bon sens, simplement parce qu’à un moment « on » nous a dit que c’était la chose à faire ou l’objet qu’il nous fallait.
Evidemment tout cela est inconscient car je suppose que si quelqu’un vous disait ce que vous aviez à faire et que cette action allait à l’encontre de votre souhait ou de votre personnalité, vous ne le feriez pas ?…

Le problème survient lorsque cette dualité obligations – contraintes / liberté – individualité remonte à la surface de la conscience. Car le plus compliqué à ce moment précis c’est de lâcher le peu de [fausses] certitudes qu’il vous reste pour vous lancer dans la « vraie » vie, celle dont vous tenez les rênes. Et nos pires ennemis sont toutes les croyances, les idées reçues et les suppositions que « on » a enraciner dans notre esprit.

Mais qui est ce « on » dont je vous parle ?
1/ Ce sont les médias, et leur flot de mauvaises nouvelles. Ils nous font craindre chaque jour le pire alors que le monde est, aussi, plein de bonnes nouvelles. Ils amplifient les peurs et pointent les erreurs sans jamais parler de ce qui va ni de ce qui est possible.
2/ Ce sont les parents, et leur flot de mises en garde. Papa et Maman poules couvent tant leurs petits qu’ils inhibent en eux le goût de l’aventure. Que leurs propres parents avaient inhiber en eux à leur époque.
3/ Ce sont les systèmes scolaires, et leur flot de règlements. Rien n’est fait à l’école pour apprendre à entreprendre. Le stricte apprentissage de matières imposées et le manque cruel de développement créateur.
4/ Ce sont les marketeurs, et leur flot de mensonges. Croire ceci ou cela parce qu’une marque le dit. Penser que l’objet en couverture d’un magazine est celui qu’il nous faut absolument. Imaginer enfin que ce que tout le monde [ou presque] possède, regarde ou lit est forcément bon pour moi.
5/ Ce sont les hommes de pouvoirs, et leur flot de manipulations. Ils entretiennent leur fond de commerce : la peur des autres et la peur de demain. Ainsi sont ils élus pour assurer une protection à l’individu lambda alors que chaque jour on constate l’injustice du système qu’ils vantent et leur incapacité à protéger qui que ce soit.
6/ Ce sont enfin les entreprises, et leur flot de lobotomies. Pensez Entreprise, Vivez Entreprise, Mangez Entreprise, Dormez Entreprise… et devenez un marketeur de l’Entreprise à l’extérieur, H24… sans le savoir. L’entreprise n’attend de vous que de la docilité et ne vous aime pas. Mais elle sait vous faire croire l’inverse.

C’est contre cette injustice finalement, d’une vie qui ne m’appartiendrait plus, que j’ai envie de me battre. Je désire plus que tout comprendre comment fonctionne ce système qui nous conditionne tant, pour pouvoir en tirer partie. Car il y a là une force extraordinaire qui contraint des milliards de personnes à faire la même chose et une poignée, dite de privilégiés, qui échappent à ces règles. Pourquoi ? Comment ?

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s