#181 – Le non événement d’un coming out réussi

Un ami à moi vient de faire son coming out de façon aussi soudaine que déconcertante… de facilité ! Je crois bien que lui même n’en est pas encore revenu.

L’histoire commence lorsque cet ami s’installe avec un autre homme, c’était il y a deux ans. Évidemment il n’en souffle pas mot à sa famille et, d’après ses dires, d’ailleurs,  personne dans son entourage ne soupçonne son homosexualité. Toujours est-il qu’il fait le « grand saut », conscient qu’un jour ou l’autre il faudra bien « avouer », et qu’il ne pourra pas mener une double vie éternellement. Pourtant, le fait qu’il vive loin de sa famille l’encourage à garder le silence. Il n’y a pas d’obligation à en parler, se dit-il. Pas besoin de créer des tensions inutiles. Mais la vérité est qu’il a une trouille bleue de la réaction de ses proches.

Viennent d’abord les amis.  Quoi de plus agréable quand on est en couple que de faire savoir à la terre entière qu’on se sent bien, qu’on est heureux, et de présenter à tout le monde le visage de l’élu ? Il n’a donc pas beaucoup le choix. Renoncer à ses amis, ou leur expliquer ce qu’ils ont compris depuis longtemps déjà…

Bien que la réaction des copains soit vraiment bienveillante, il hésite toujours à en parler avec frères,  sœurs et parents.  Car il faut bien le dire, une sacrée chape de plomb recouvre les relations entre lui et sa famille. Des années de non dit, de secret, de sentiments enfouis et refoulés.  Comment dans ce cas évoquer un sujet aussi intime ? Dans un sens comme dans l’autre,  le dialogue n’est pas ce qui se pratique de mieux dans la famille.
Les mois passent et toujours des circonvolutions pour dire sans dire, masquer sans cacher, mentir par omission.  Sa vie poursuit son chemin mais lui sait que plus le temps avance et plus il devient difficile de garder le secret. C’est à ce moment là que ce qui doit arriver arrive…

Un beau matin, la famille s’annonce pour le week-end ! L’espace d’un instant le monde s’écroule. Comment réagir ? Impossible de faire disparaître l’homme qui partage sa vie ou même d’imaginer cacher sa présence. Deux ans de vie commune ça en fait des choses qui traînent un peu partout dans leur appartement…
Alors pour ne pas risquer le drame de la mise devant le fait accompli, mon ami n’a plus le choix : il doit tout dire et le dire maintenant. Il panique mais face à l’inéluctable, il prend son courage à deux mains. Il décroche son téléphone,  cherche ses mots et finit par expliquer sans réfléchir qu’il vit avec un garçon.  Comme s’il avalait tout rond un aliment qu’il n’aime pas, il dit très vite ce qu’il avait si longtemps retenu. Ça ne dure que 10 secondes, 15 tout au plus. Il ferme presque les yeux, s’attend à des cris, des pleurs, que sais-je encore… Et finalement, rien. De l’indifférence presque dérangeante. Un lapidaire « on s’en doutait », suivi d’un pas plus prolixe « OK ». C’est tellement inattendu qu’à l’autre bout du fil mon ami ne peut s’empêcher de poser des questions, d’un air de dire « mais comment ça vous saviez ? ». Sa surprise est comme tombée à l’eau.  Pour un peu il en serait presque déçu…

Mais pour tout dire, il est surtout soulagé.  Enfin, la double vie s’achève. Il va maintenant goûter à la tranquillité d’esprit,  l’honnêteté intellectuelle,  le plaisir de ne plus avoir à se (le) cacher ! Et ça a été si simple d’y parvenir. D’ailleurs, comment avait il pu imaginer qu’il en serait autrement ? De là à dire que nos peurs sont souvent infondées et en tout cas souvent exagérées,  il n’y a qu’un pas.

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s