#166 – Croyance

Et si tout n’était qu’une question de persuasion ? S’il suffisait de se convaincre de quelque chose pour qu’elle devienne concrète ? Nous sommes souvent confrontés à des situations que nous pensons ne pas avoir la force d’affronter ou de dépasser et pourtant, parfois, un –« déclic » comme on dit, se produit et la vie se transforme du tout au tout. Par exemple, certains fumeurs invétérés s’imaginent ne jamais parvenir à se débarrasser de cette dangereuse manie. Et quelques uns, à un moment donné — qui ne vient pas par hasard –, réussissent d’un coup (et pour toujours) à cesser de fumer, balayant par la même occasion des années de fausses croyances. Pendant longtemps je me suis bercé d’illusions dans ce domaine, pensant que la cigarette était mon alliée dans les coups durs comme dans ma vie sociale. Qu’elle me donnait ce qui me manquait… Et cette croyance était si forte que je ne réussissais pas à me détacher de ce que je prenais pour un bien précieux, et pour lequel j’étais d’ailleurs prêt à dépenser des sommes faramineuses !… Et puis un jour, une nuit plus précisément, je me suis convaincu du contraire. Je me suis persuadé que mon corps ne voulait pas que je fume et que j’étais devenu libre. J’étais tellement certain de ne pas (plus) être fait pour être fumeur, que ce n’était pas nature, que j’ai ressenti un vrai soulagement à l’idée de m’être définitivement débarrassé de ce poison. Je ne ressentais plus aucune peur, plus aucune crainte, plus d’anxiété d’aucune sorte. Au contraire, je sentais que j’étais sur la bonne voie. La seule voie d’ailleurs…

Alors pourrait-il en être de même pour les autres poisons qui se distillent en moi — nous ?
Des exemples ? Agir conformément à ce qu’on attend de moi de peur d’être rejeté (que ce soit au travail ou dans la société en générale). M’accrocher à un job qui me déplaît ou m’exploite — ce qui souvent  va de paire —  de peur de ne pas en retrouver d’autre. Aller à l’encontre de ma nature de peur d’être montré du doigt. Tous ces exemples recourent du même stratagème : se persuader du danger pour ne pas bouger. Sinon, on peut aussi se persuader que tout est envisageable et agir. Les possibilités qui s’offrent à nous sont si nombreuses qu’on ne peut même pas les imaginer dans leur totalité, et nos pires scenarii « catastrophe » ont en fait très peu de risques de se réaliser. Ils sont entretenus pas nos croyances et celles ci ont la peau dur !
Partant de cette nouvelle croyance qui veut que le danger n’est pas là où l’on croit qu’il est réellement, je suis sur le point de choisir mon camp !…

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s