#151 – Identique mais différent

De toutes les bizarreries que compte la Nature, Gilles me présentait un jour celle qui, je crois, allait le plus m’interpeller dans ma courte existence.
Il avait un sexe courbe. Pas un peu tordu ou un peu penché dans une direction plutôt qu’une autre. Non, son pénis formait vraiment un arc de cercle partant de son pubis et remontant vers son nombril —  lorsqu’il était en érection bien sûr. Ça ressemblait à l’anse d’un mug ou à une poignée sur laquelle il aurait suffit de tirer pour que cette partie de son corps s’ouvre.
J’avoue que la première fois que je l’ai vu nu j’ai été assez déconcerté par cette forme inhabituelle. J’en étais presque à me dire « mais qu’est ce que c’est que ce truc ? » et, comme chacun le sait, le pénis représentant l’incarnation d’un homme tout entier, j’en arrivais à me dire « mais qu’est ce que c’est que ce mec ? ». Pourtant, quoique déstabilisante, je trouvais cette curiosité assez drôle.

Gilles en revanche complexait énormément. Avoir un engin qui présentait une telle difformité dans les moments mêmes où ledit engin aurait dû se dresser droit comme un étendard, fier et vigoureux, le gênait beaucoup. A tel point qu’il avait une vie sexuelle — voire amoureuse — chaotique et pas du tout à la hauteur de son physique, pour le reste très avantageux. Consciemment il fuyait les autres hommes de peur d’essuyer moqueries ou refus. Techniquement pourtant tout fonctionnait bien. Il avait développé une souplesse rare, et un peu d’imagination permettait à son partenaire de tirer profit de l étrange forme de sa verge.

Je me suis étonné que Gilles se soit si fortement crispé autour de cette surprenante apparence qui ne remettait pas en cause ni sa beauté, ni sa capacité à prendre et à donner du plaisir. Mais en réalité, cette peur de l’autre et ce complexe qui s’étaient enracinés en lui, provenaient simplement du fait qu’il se voyait différent des autres. Et que le simple fait d’être différent rend plus fragile parce que l’on devient tout à coup seul contre tous. Quoi de plus difficile pour un garçon, dont on sait que l’appareil génital est la partie la plus importante de son corps, d’assumer que ce fameux zizi ait une apparence différente de celle des autres dits « normaux » ?   Bien que cela ne change rien à son fonctionnement, il est compliqué d’accepter qu’il puisse en aller autrement que pour les autres.
J’ose un parallèle hardi, mais je pense que c’est un peu la même chose quand on découvre son homosexualité : bien que cela ne change rien à sa capacité d’aimer, il est toujours compliqué — pour soi — d’accepter que l’on puisse exprimer cette aptitude différemment.

La norme nous rassurerait-elle ?

 

Publicités

4 réactions sur “#151 – Identique mais différent

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s