#126 – L’officine

Le début pour ceux qui veulent reprendre l’histoire :
#121 Le travail accompli
#123 Et après la rupture

#124 Chez Albert

Chaque semaine j’allais donc à la pharmacie. Oui, chaque semaine, comme on se rend au pressing par exemple, j’allais acheter les doses hebdomadaires d’un médicament que j’injectais directement à Albert. Ça ne me dérangeait pas de lui faire ses piqûres. Je m’étais rapidement habitué aux gestes que la garde malade (que j’avais remplacée) m’avait expliqués. C’était vite fait et comme Albert ne bronchait pas, j’imaginais que c’était indolore pour lui, preuve que je me débrouillais bien.

J’avais choisi le jeudi pour me rendre à la pharmacie du coin de la rue, muni de mon ordonnance permanente un peu flétrie. J’étais presque tout le temps servi par Anna, une jeune femme aux allures d’étudiante. Très discrète, et sans doute très jolie mais invariablement cachée derrière ses lunettes nacrées trop grandes pour elle et son chignon démodé. Elle commençait à bien me connaitre et j’avoue que ça me rassurait, moi qui n’étais pas, jusqu’à présent, un client assidu des officines.
Arriva ce jour de mars. Ce n’était qu’un jeudi matin de plus à acheter des médicaments. Pourtant je sentais étrangement que les choses allaient être différentes de d’habitude. Facile à dire avec le recul… Ce jour là il y avait un peu plus de monde que d’ordinaire. Je prenais ma place dans la file d’attente tout en faisant un petit signe de tête à Anna. J’avais pris un peu de retard sur mon planning de la journée si bien que j’étais pressé et que toute mon attention se portait sur les gestes rapides d’ Anna, en opposition à la lenteur des clients qu’elle servait.
Tout à coup je reçus un très violent choc dans le dos. Comme si on m’avait frappé avec le plat d’une planche. Puis je ressentis un poids imposant s’appuyer contre mon corps. En me retournant je ne pu que soutenir l’homme qui, derrière moi, venait de se trouver mal. Je le retenais à bout de bras alors que son visage venait s’écraser sur mon ventre (que j’ai un peu proéminent pour tout dire…). C’était un homme assez jeune, peut-être de plus de 35 ans mais assurément de moins de 40. Un garçon brun aux cheveux courts. La carrure en adéquation avec son poids, que j’avais pu mesurer en le supportant d’abord sur le dos puis à bout de bras.
J’avais réagi instinctivement mais j’étais maintenant assez embêté avec ce corps incongrûment échoué dans mes bras. Très rapidement Anna apporta une chaise pour me permettre de faire asseoir l’inconnu. Il était pâle mais revenait déjà à lui. Un peu embarrassé je tentais d’entrer en contact (autre que physique) avec lui, alors que je m’étais accroupi pour être à sa hauteur. Mon misérable « ça va » me fit pitié.

Publicités

6 réflexions sur “#126 – L’officine

  1. Pingback: #139 – Engagés dans le même combat | L'arbre à chat

  2. Pingback: #135 – La soirée gâchée | L'arbre à chat

  3. Pingback: #132 – Bastien | L'arbre à chat

  4. Pingback: #129 – Entre devoir accompli et maladresse | L'arbre à chat

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s