#125 – Assis sur un banc

Emmitouflé dans son pull à grosse maille, Jonathan attend, assis sur un banc blanc en bois. Machinalement il regarde son téléphone. « Il ne devrait plus tarder maintenant », se dit-il.
C’est son 17ème rancard de l’année ! Ça fait presque deux par mois, et ça commence à faire beaucoup. Chaque fois Jonathan se dit qu’il devrait arrêter de collectionner les rendez-vous qui ne mènent nulle part, mais chaque fois il accepte de faire de nouvelles rencontres, « peut-être parce que j’ai le tempérament de ceux qui ne renoncent pas facilement ? », se raconte-t-il à lui-même.

Il attend qu’un certain Max le rejoigne dans ce parc, précisément prés du bassin, à côté du banc face au marchand de glace. Le marchand est fermé depuis au moins 1 mois et le bassin est recouvert de feuilles mortes. Les enfants qui jouent d’habitude ici sont tous en classe et les rares promeneurs sont si frigorifiés qu’ils ne s’attardent pas. Jonathan, lui, n’a pas trop froid. Certes, à rester à rien faire, il va commencer à s’engourdir et le contact avec le banc glacé lui refroidit les fesses ; mais pour l’instant tout va bien. C’est même plutôt agréable ce parc, en hiver, avec les canards qui dodelinent à la queue leu leu, la lumière blanche du ciel brumeux et le calme partout.

Jonathan regarde à nouveau son portable. Ni message ni appel. Il est un peu anxieux. Et s’il ne venait pas ce Max avec qui il a à peine échangé quelques mots ? Il ne le connait pas après tout et il n’est pas certain que la photo de lui qu’il a vu sur ce site de rencontres soit bien la sienne. De toute façon, même s’il veut encore croire que cette fois sera différente des autres, il ne se fait pas trop d’illusions.
Il le sait, sur ce site il ne fera sans doute jamais de « belle rencontre ». « Mais pourtant, se dit-il, il doit bien y avoir quelqu’un qui, comme moi, cherche à démarrer une relation durable ? Tous les hommes ne sont pas des prédateurs sexuels ? » Jonathan réfléchit et devant l’évidence de la réponse finit par s’interroger différemment : « et si finalement je ne cherchais pas vraiment à faire une rencontre durable ? Et si, tout compte fait, c’était  précisément l’anxiété et l’espoir que je ressens avant chaque rencontre qui me plaisaient ? » Jonathan est tout à coup perplexe…

Son téléphone le tire de sa réflexion en vibrant. Un SMS. C’est Max,: « Suis  devant le marchand de glace. C’est toi qui est assis sur le banc ? »

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s