#113 – Qui l’eut cru ?

Alex aime les voiture, le foot, les pizzas …et les mecs. Il ne sait pas dire pourquoi, c’est juste venu comme ça. Depuis toujours. C’est tout.

En attendant, il n’en parle à personne et ça le met mal à l’aise de « loucher » sur ses collègues à poil dans les vestiaires les soirs de match. Et au delà de ça, ce qui le dérange le plus c’est d’avoir beaucoup d’affection pour Antoine, son pote depuis de longues années. Ils se sont connus à l’école élémentaire et ne se sont pratiquement jamais quittés depuis. Alex apprécie beaucoup Antoine et il ne saurait pas expliquer ni comment ni pourquoi la haute estime qu’il porte à son ami s’est transformée en …amour ? D’ailleurs il n’ose pas parler d’amour, ou plutôt il se refuse intérieurement à employer ce terme ! Ce ne peut pas être ça et pourtant ça l’est. Alors comment vivre avec ce sentiment qui lui brûle littéralement les entrailles — il sent le feu dans son ventre — et dont il ne pourra jamais, pense-t-il, parler avec quiconque et encore moins avec le premier concerné, Antoine ? Ne pas voir Antoine pendant plus d’une journée est un vrai supplice. Aussi dès qu’ils sont un temps soit peu séparés, Alex l’appelle. Il ne parvient plus à de sa présence d’Antoine, quelle que soit la forme qu’elle prend (physique, téléphonique, par SMS ou par webcams interposées).

Alex est réellement très amoureux de son ami de toujours. Il souffre beaucoup de savoir Antoine en compagnie de petites amies, bien que ce dernier ne passe pas beaucoup de temps avec ses conquêtes, au profit de ses potes. Cela leur permet de passer beaucoup de temps ensemble pour papoter, déconner, se reposer, se marrer. Et souvent, cela rend Alex un peu mélancolique de savoir qu’Antoine a beau se tenir à son côté, ses pensées — et peut-être son cœur — sont ailleurs, avec une autre.
Alex éprouve beaucoup de plaisir à être avec Antoine, à partager des moments simples, cette connivence qui n’existe qu’entre eux deux, mais il s’est aussi découvert pour lui une attirance physique qu’il ne peut plus ignorer. Alex doit faire attention de ne pas se montrer maladroitement démonstratif. Il veut à tout prix éviter que son ami découvre les sentiments qu’il nourrit pour lui. Du coup il est parfois distant ou volontairement brutal… et ça le déconcerte de devoir agir ainsi !  Agir ainsi, alors qu’il aimerait pouvoir enfin être affectueux à la hauteur de ce qu’il ressent. Le prendre dans ses bras ou goûter sa peau, passer la nuit avec lui, serré contre son corps chaud et sensuel… Mais cela fait partie des choses qui n’arriveront pas — du moins, Alex s’en est-il persuadé. Il évite donc de toucher, voire même de frôler Antoine. Malheureusement pour lui, le très tactile Antoine ne se pose pas ce genre  de questions et la situation est parfois intenable pour Alex.

Le jeune homme redoute le jour où il devra se dévoiler et faire face au regard des autres, et surtout faire face au regard d’Antoine. Il ne pourra pas assumer et tout ce qu’il éprouve pour Antoine sera réduit à rien. Cela le tourmente terriblement. Pourtant il sait que ce jour est inévitable. Il ne pourra pas éternellement garder ses sentiments et ses penchants secrets. Il ne pourra pas éternellement s’inventer des copines imaginaires ou raconter des blagues sur les pédés avec l’air d’y croire. Il sent qu’un jour, peut-être bientôt, son « vrai » lui prendra le pas sur le personnage qu’il joue. Il ne sait pas comment ce sera perçu par les autres mais il a déjà peur de leurs réactions.

Alex se dit que ce n’est finalement pas très juste que « ça » lui soit tombé dessus. Il n’avait pourtant pas le profil… Il se sent étranger à ses propres désirs et les rejettent tant bien que mal. Mais ils reviennent toujours et chaque nouvelle journée passée à les cacher rend encore plus profondes ses inclinaisons.  Arrivera donc bien un jour où il ne pourra plus faire barrage à sa vraie nature et il se dit que ce jour là sa vie changera radicalement, même si lui ne changera pas.
Alors, en attendant, il tente de profiter des moments passés où il ment un peu à son amour, en prévision du jour où, peut-être, il devra le laisser s’éloigner de lui.

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s