#104 – Chronique

Il y avait cette femme jeune mais à l’apparence très marquée. Pourtant, elle n avait pas 30 ans. Qu’a-t-on vécu à même pas 30 ans ?
Elle était assise dans le renfoncement d’une vitrine sur le côté d’un immeuble un peu caché par des barricades de chantier. Dans sa main droite une canette de bière bon marché.

Sa main libre passa en tremblant sur son front et ses yeux fermés. Elle avait un visage poussiéreux et grave.
Que pourrait il lui arriver d’autre que mourir ? Mourir pour de vrai, de maladie, de froid, de faim. Tomber dans un comas éthylique ou dans le comas tout court et cesser de respirer ? C’était si probable. Dans une semaine, deux mois, un an ?

C’était hier, en faisant mon footing. Chronique de la misère ordinaire.

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s