#99 – Grandir

La perfection dont certains se croient pourvus n’est que le fruit de leur imagination, une hallucination, un mensonge. Ils le savent mais pourtant ne peuvent se résoudre à croire qu’ils sont comme tout le monde : perfectibles. Nous sommes tous pétris de défauts qui sont autant d’aspérités dans notre monde si lisse, si plat et si terne.

Nous fuyons nos vrais êtres pour des coquilles vides qui cherchent à imiter des postures forgées pour nous par des marchands de vide. Nous pensons n’avoir plus qu’une route à suivre et nous en oublions toutes celles qui, de part et d’autres, encombrées d’herbes et de cailloux, nous invitent au voyage mais restent inusitées. Sans autre forme de procès nous nous attribuons une science infuse de carton pâte. Nous oublions que l’apprentissage est notre seule ressource et notre unique moyen de nous extirper de notre condition.

Pour autant le savoir n’est pas que dans les livres et les discours savants. Il est dans tout ce que la vie nous apprend à chaque instant. Dans nos expériences heureuses ou malheureuses du quotidien, dans les sons, les images, chez les autres, en nous. Dans tout ce qu’il y a à sentir, à toucher, à imaginer. Dans nos intuitions, nos rêves, nos illusions mêmes. Nous apprenons de nos échecs comme de nos réussites, de nos plaisirs comme de nos regrets, de nos joies comme de nos peines.

Nous apprenons sans cesse mais à la condition de reconnaître que nous avons encore des choses à apprendre…

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s