#94 – Le club de C.

D. se sentait soudainement bête d’avoir cru qu’il pourrait être à l’aise dans un tel endroit. Son beau courage l’avait maintenant quitté et il regrettait de s’être mis dans cette situation.
Accoudé au bar, il regardait la petite foule qui se pressait entre les tables basses et les poufs. Certains dansaient, seuls. Bien qu’ils aient l’air de s’amuser, D. leur trouvait un côté pathétique et triste. Un groupe de cinq ou six hommes se tenait face à lui, à l’intérieur du quel certains gloussaient et d’autres bavardaient en faisant de grands gestes, un verre à la main. Tous semblaient joyeux. Il était encore tôt il n’y avait pas grand monde.

D s’était étonné — et un peu moqué — de toute la mise en scène entourant l’entrée dans ce club. En fait de club les lieux s’apparentaient davantage à un dancing de campagne, et en fait de physionomiste on avait plutôt affaire à un vigile. Mais peu importait, ce soir D. avait décidé d’y croire. Il était 23h et il était donc accoudé au bar du seul club gay de la ville et des environs. Aucune célébrité n’avait choisi la ville de C. et cette nuit il n’y aurait que des Monsieur-Tout-le-monde, lui compris…

Parmi cette petite foule d’individus exclusivement masculins, certains prenaient des airs de top modèles, faussement détachés de tout, tandis que d’autres jouaient la carte de la décontraction tous azimuts. A des ours tout poilus faisaient face des crevettes à la peau rose. Certains papillonnaient et d’autres sautillaient sur place au son d’une musique fade et forte. D’autres encore, un peu paumés, ressemblaient à des extraterrestres débarqués là un peu par hasard ou par erreur. C’est dans cette catégorie que D. se rangeait présentement. Il découvrait un peu stupéfait cet univers de la nuit (accessoirement gay), tellement surfait et pourtant à la vérité si crue. Doux et velouté en apparence et pourtant si dur au dedans et entre ses adeptes. Il ne se sentait pas vraiment à sa place lui qui, il y a encore deux ans, se demandait comment il allait pouvoir gérer son implacable orientation sexuelle.
Curieux mais aussi très timide, D. avait longuement hésité avant de venir passer une soirée ici. Il avait peur qu’on l’aborde, qu’on lui pose des questions et qu’inévitablement on découvre qu’il ne s’assumait pas vraiment. Et si un de ces garçons venait lui faire des avances ? Comment réagirait-il ? Partirait-il en courant ou se laisserait-il séduire ? Le suivrait-il à l’arrière de sa voiture ou dans le parc voisin ? Se laisserait-il embrasser, toucher, caresser ? Est-ce que ça irait aussi loin ? Plus loin ?…

D. en était là de ses interrogations lorsqu’un monsieur d’un âge certain, un peu gentleman sur le retour, costume blanc avec pochette rouge et chemise ouverte sur torse grisonnant, le salua et lui proposa un verre…

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s