#89 – La boîte magique

O. avait réellement le sentiment qu’il était bien payé pour ce qu’il faisait. Aussi ne se plaignait-il jamais de devoir embaucher tôt à son poste et encore moins de le quitter tard. C’était normal pour lui d’avoir des horaires flexibles et la moindre des choses était de répondre présent quand on le lui demandait. Il avait une haute estime de la valeur travail. Il était tout sauf flemmard.

D’autre part, il estimait également que son travail au sein de cette multinationale très connue — et donc très courue —  n’avait pas d’intérêt et qu’on aurait fort bien pu se passer de son poste ou le faire fusionner avec un autre. Cela le meurtrissait énormément. Dans l’esprit d’O. tout le monde devait sans aucun doute se rendre compte qu’il n’était pas utile et il pensait que ces jours dans l’entreprise étaient comptés. Dans cette optique, il faisait le maximum pour prouver sa valeur ajoutée. Il faisait beaucoup de zèle. Il outrepassait ce qu’on lui demandait de faire. Il ne se plaignait jamais, même quand les conditions de travail étaient vraiment difficiles.

Il encaissait les brimades des ses supérieurs avec beaucoup de philosophie, se remettant en question et trouvant justifiées de telles remarques. Il n’avait pas été bon (d’après ses chefs) et il était normal qu’ils le lui fassent remarquer sans prendre de gants. Cela le peinait de n’être pas à la hauteur des travaux simples qu’on lui demandait de réaliser. Il se sentait encore plus inutile lorsque cela se produisait. Il allait parfois jusqu’à se demander s’il était fait pour ce travail mais, bien vite, il concluait en se disant qu’il ne pouvait pas faire autre chose. Il faut dire qu’il n’avait pas suivi de formation ou fait de hautes études. Il était entré ici par la petite porte et s’était fait une petite place au soleil juste en démontrant qu’il était capable d’accepter n’importe quelle tâche qu’on voulait bien lui confier.

De fait, il était très reconnaissant à son patron de l’avoir embauché. Il ne lui serait pas venu à l’esprit de contredire un de ses ordres ou de transgresser ses prérogatives. O. était tout entier dédié à sa Compagnie et se sentait en sécurité en quelque sorte dans l’enceinte de la Société. Il n’avait pas de femme et pas d’enfants, ce qui le rendait encore plus disponible, pour le cas où…

Le jour où on annonça à O. qu’il était licencié, une fois encore on ne prit pas de gants. « Les résultats sont ce qu’ils sont et on supprime les postes les moins qualifiés. Pour le moment. » On ne lui en dit pas plus. Pas un mot de réconfort ni de reconnaissance. Ce fut un coup d’assommoir pour O. qui s’attendait à tout moment à ce qu’on le licencie, mais sans penser un seul instant que cela puisse réellement arriver.  Il fut très déçu de ne pas avoir su prendre le bon virage en se formant et en évoluant. Il s’était contenté de rester bien au chaud à sa place « surpayée » et voilà le résultat !  Il estimait qu’il n’en avait pas fait assez et pensait presque que cette « punition » était finalement bien méritée. Enfin presque, parce que, tout de même, il s’était démené pour cette entreprise. On ne lui avait donc pas reconnu ce mérite. Sans comprendre pourquoi, O. avait eu l’impression d’être un peu irrité par cet « oubli ».

Quand il retrouva un travail, neuf mois plus tard, il avait traversé de nombreuses galères. Il se serait même retrouvé sans abri si quelques membres de sa famille ne lui étaient pas venus en aide. D’ailleurs il avait contracté une petite dette financière envers ces derniers. Il lui faudrait sans doute travailler un peu plus pour rembourser. Mais cela ne gênait pas O. Il était si content qu’on eut pu l’embaucher de nouveau, qu’il se sentait réellement redevable auprès de son nouvel employeur.

Bien décidé à mettre les bouchées doubles, O. était reparti pour un tour, d’autant plus qu’il avait réellement le sentiment qu’il était bien payé pour ce qu’il faisait…

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s