#82 – Un autre chemin

La première fois que F. a eu un échange sexuel avec un garçon, il avait 19 ans. Il avait attendu d’être étudiant, loin de la maison, pour enfin avoir l’occasion de faire la rencontre interdite qui le consumait depuis des années. Il voulait savoir si les hommes étaient comme dans les magazines gay qu’il planquait sous son lit, quelle était l’odeur de leur peau, la taille de leurs … muscles, la couleur de leur hâle ? Il fantasmait, n’ayant eu pour comparaison masculine que ses camarades de classes les jours de sport au lycée.

Il en mourait d’envie mais n’avait jamais osé aller seul, la nuit, dans ce parc dont on disait qu’il était un lieu de drague pour homosexuels. Il y était déjà allé la journée, s’imaginant trouver un baisodrome en plein air, mais il avait bien sûr été déçu. L’endroit était tranquille et inquiétant. Pas de piétons, pas de lumières, pas d’activité quelle qu’elle fût ; Pourtant on avait déjà assassiné un gay ici même il y a quelques années. Il devait donc bien y avoir des gens à le traverser ?
Soudain une voiture passe doucement prés de F. qui n’ose pas regarder, tétanisé. Le conducteur fait demi-tour et s’arrête. Dés lors F. sait que sa vie bascule maintenant, à ce moment précis. Son cœur bat la chamade, ses jambes flageolent et il est sur le point de chavirer. Il ressent dans le bas du ventre une brûlure intense. Son excitation est à son comble même s’il a peur. Lorsqu’il voit enfin le visage de cet inconnu, il est déçu : ce mystérieux dragueur ne ressemble pas aux hommes des magazines. Il est vieux — en comparaison de F. — et plutôt moche. Les cheveux bouclés et gris, on dirait un mouton. Il a des lunettes, un drôle d’air, une écharpe écossaise ringarde autour du coup et un pantalon de jogging. Il n’a aucun charme ! Deux, trois phrases idiotes plus tard, F. est dans la voiture de cet homme sans attrait. Il est incapable de réfléchir : tout son corps est tendu vers une seule chose : la découverte de sa sexualité. Des flots d’hormones se déversent dans ses veines et se répandent dans son cerveau — groggy. Les yeux de F. brillent d’impatience. Son intelligence, sa raison et toute son énergie se sont donnés rendez vous entre ses jambes ! 

Le reste de la scène se passe dans une espèce de bureau inoccupé, sur une couverture judicieusement préparée qui pue le renfermé. L’inconnu le tripote, et ce n’est pas très agréable. F. le trouve de plus en plus moche et de plus en plus vieux. Il pense « mais qu’est ce que je fais là ? » mais c’est déjà foutu. Il a l’impression de ne pas être vivant. De n’être qu’un jouet sexuel pour vieux. Un gadget pour donner du plaisir. Il a mal, son partenaire n’est pas tendre. Il ne l’aime pas. F. aimerait que ça s’arrête. F. ne jouit pas. Il ne bande même plus. L’homme finit sa besogne en le regardant avec une perversité que le jeune homme ne soupçonnait pas. F. a l’impression d’être le garçon du magazine porno, coincé dans sa page de papier glacé et désolé qu’on ne l’apprécie que pour son apparence.

F. est perplexe. C’est donc ça le sexe entre hommes ? Comment ça pourrait n’être que ça ? Dans un bureau crasseux, sur une couverture miteuse, avec un vieux moche désagréable ? Il se rhabille vite fait. Il veut rentrer, en finir avec cet instant de détresse. Le désir qui brûlait son corps s’est transformé en sang noir qui ronge son âme désormais.

Seul de nouveau, F. passe les 3 jours suivant replié sur lui-même, en état de choc intense. Il est anéanti et terrifié. Il passe son temps à revivre les mêmes scènes obscènes de cette soirée durant laquelle il a rempli son cœur de tout ce que la sexualité (fusse-t-elle entre hommes) pouvait offrir de plus moche, de plus glauque, de plus vil, de totalement inhumain.

Plus tard, F. a rencontré d’autres hommes, a découvert d’autres désirs, d’autres plaisirs. Il a même rencontré l’Amour.
Il n’a jamais oublié cette première fois atroce et il a eu envie de la raconter pour que, peut-être, d’autres encore inexpérimentés, ne prennent pas le même chemin, qu’ils n’y laissent pas leur innocence, leur jeunesse ou leur peau.

Publicités

2 réflexions sur “#82 – Un autre chemin

  1. Cela rappellera des souvenirs à beaucoup trop de gens… 😦 Mais bon heureusement, y’a des tas de bonnes choses à venir ensuite !! 🙂

    • Hélas oui, nombreux sont ceux qui, ne pouvant le vivre autrement, font leur apprentissage en cachette, à la sauvette, et souvent dans des conditions déplorables. C’est la vie, le tout est de ne pas rester sur cette mauvaise expérience !

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s