#71- le futur présent

__ Crois-tu qu’il y ait quelque chose après la mort ?, interrogea M.
__ Quelque chose ? Quelque chose comme quoi ?, lui demanda V. pour toute réponse.
__  Je ne sais pas, bredouilla M. un peu surpris par la question. Une chose comme une certaine forme de conscience qui resterait ou bien une espèce de réincarnation… Tu vois le genre…?
__ Non, je pense qu’il n’y a rien de tout ça, trancha V. avant de retourner aussi sec dans son silence.

M. était perplexe et ce n’était bien sûr pas la réponse qu’il attendait. Il lui était impossible de s’imaginer que l’Homme soit sur Terre quelques brèves années, qu’il ait conscience de son inutilité puis qu’il disparaisse aussi brutalement. « Tout ça pour ça », se disait-il.
En regardant les lumières qui scintillaient au loin dans la campagne, M. repensait à cette chaude journée d’été qu’ils venaient de passer à travailler. Il avait le sentiment d’avoir fait de bonnes choses aujourd’hui en soignant ses bêtes et sa terre, si précieuse, et il n’admettait pas que tout cela fût vain. Quand bien même il aurait eu des enfants qui auraient pris le relais pour continuer son travail, que ça n’aurait rien changé. A quoi bon se démener ? Il ne put réprimer une nouvelle question à V. :

__ Enfin tu ne trouves pas ça étrange, toi, qu’il ne se passe plus rien après qu’on soit mort ?
__ Étrange ou pas, je crois bien que c’est pourtant le cas. Pas de Dieu, pas de Paradis, pas de vie après la mort. Rien, quoi. V. semblait un peu agacé, même s’il tentait de l’être le moins possible, estimant les craintes de M. justifiées. Aussi compléta-t-il sa réponse :
__ Tu sais, M., je crois que l’Homme n’est pas un être « du futur ». Je veux dire, nous n’avons pas de légitimité dans le futur. Nous ne sommes que des êtres du présent. Notre futur, après notre mort, finalement c’est maintenant que nous le vivons. Nous n’avons rien à attendre d’un au-delà fantasmé mais nous avons tout à faire aujourd’hui, pour ceux qui suivent. Je crois, dit-il enfin, qu’il faut considérer l’Humanité toute entière et ne pas nous focaliser sur notre petite personne. Dans ce cas seulement il y a une forme de continuité, même après notre mort individuelle…

M. ne sut quoi répondre. Aussi ne dit-il rien. Il n’était pas sûr d’avoir tout bien compris à la réplique de V. Cependant il était sûr d’une chose : V. (comme les autres) n’avaient aucune idée de ce qu’il y a après la mort et étaient tous aussi perdus que lui.

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s