#67 – Le Diable par la Queue 2/3

Evidemment, quand P. rencontra Y., il ne reconnut pas dans ce dernier « l’Homme Parfait-Idéal » qu’il attendait. Il se doutait un peu que cette histoire, pas encore commencée, se finirait de la sorte. Mais, pour une fois, il trouvait dommage de ne pas aller plus loin, de ne pas faire connaissance et de ne pas prendre la peine de découvrir ce qu’Y. avait à lui offrir.

Aussi passa-t-il un peu de temps avec Y., à flâner, à prendre un verre de temps en temps, à aller dîner même ! Rien de sexuel ne se passait entre eux ce qui, curieusement, n’était pas pour déplaire à P. En quelque sorte, il appréciait les rapports simples de deux garçons qui se trouvent des points communs. Pas d’ambiguïté, pas de sexe, rien que de la complicité… jusqu’au soir (inévitable ?) où les corps se rapprochèrent. Timidement mais sans fausse pudeur. Avec beaucoup de respect, une pointe d’émotion, un peu d’appréhension et aussi une bonne dose de désir réciproque. La braise couvait depuis le début pratiquement. L’échange de mots agréables autour de mets succulents avait, semble-t-il, donner envie à P. et à Y.  d’allier le geste à la parole et de continuer à s’être agréable l’un l’autre mais sur un autre plan cette fois.

De cette première nuit avec Y., P. ne ressortit pas changé. Il avait toujours en tête des scènes d’amour torrides entre mecs « hors normes », scènes qu’il n’avait par ailleurs jamais vécu… Pourtant, subtilement, il sentait que quelque chose l’avait accroché. Une caresse, une douceur, une attention, une délicatesse ? Il ne parvenait pas à mettre de mot sur le bien être qu’il avait ressenti ce soir là, mais il en gardait finalement un souvenir assez marqué.
Bien qu’il trouva qu’Y. ne présentait pas les attraits de l’Homme Parfait-Idéal qu’il aurait aimé débusqué, P. ressentit tout de même le désir de le revoir régulièrement. Il appréciait leurs conversations sur tout et sur rien, leurs dîners simples « à la maison », leur jeu de séduction sans chichi. Une ambiance franche et très détendue qui menait à des soirées et à des nuits du même acabit.

Finalement P. se sentait si bien avec Y. qu’il n’avait plus envie de le lâcher. Il passait son temps libre avec lui. Tout son temps libre… si bien qu’on aurait pu alors dire qu’ils vivaient en couple.
Quelques temps après ils décidèrent d’officialiser leur rencontre en s’installant ensemble. C’est à partir de là que P. commença à avoir des doutes.

A suivre…

Publicités

2 réactions sur “#67 – Le Diable par la Queue 2/3

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s