#53 – Souvenir, souvenir

En prenant son petit déjeuner, ce matin là, O. se souvient d’une époque singulière de sa vie. Comme un fragment de mémoire qu’on aurait presque cru perdu et qui remonte à la surface, comme ça, sans raison apparente.

C’était bien avant qu’il ne devienne un adolescent — et encore moins un jeune homme. Il n’est même pas certain qu’il était déjà entré au collège à cette époque, ou alors tout juste ? Dans ce temps là, donc, O. passait beaucoup de temps un stylo à la main. Il écrivait sans cesse, matin et soir, chaque fois qu’il n’avait rien d’autre à faire comme jouer avec ses copains ou regarder la télé.
Mais il n’écrivait pas n’importe quoi ! ça non. Il recopiait des livres. Des livres de toute sorte, mais surtout des livres « scientifiques ». Scientifiques est un bien grand mot mais rien d’autre ne lui vient à l’esprit pour qualifier ces encyclopédies pour enfant dont il raffolait. Peu importait le sujet, il recopiait. Inlassablement, pendant des heures, penché sur la table de la cuisine ou agenouillé devant la table basse du salon, sa langue coincée entre ses dents sur le côté de sa bouche. Les dinosaures (comme il se doit), la géographie, l’histoire, les civilisations… tout y passait. Il reproduisait même les planches dessinées pour illustrer les articles. Il en avait des cahiers entiers plein les tiroirs. Curieusement, ce n’était pas réellement du goût de ses parents. Peut-être trouvaient-ils cela anormal ou s’inquiétaient-ils de ce que leur enfant puisse s’enfermer dans un monde de livres que, pour leur part, ils ne fréquentaient pas trop ?

Et puis subitement toute cette frénésie de l’écriture, de la lecture et, un peu, du savoir, a disparu, sans doute chassée par d’autres occupations plus impérieuses (la sexualité, la musique, les fringues…).  Pschitt ! évanouie cette collection de cahiers remplis de petites lettres mal habiles et de dessins hasardeux.
De tout cela il ne reste rien sauf une orthographe plus assurée et un souvenir ténu qui revient de temps à autre sur le devant de la scène comme pour dire « n’oublie pas qui tu es »…

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s