#51 – Infiniment essentiel

Alors même qu’il regardait le soleil disparaître de l’autre côté de la Terre, E. se disait que dans l’infiniment grand, il était infiniment petit.

De cela il semblait être affecté, souffrant de n’être qu’une fourmi dans une fourmilière, un fétu de paille dans une botte de foin ou une goutte d’eau dans un océan. Bref, un microbe à l’échelle du Monde. Quant à imaginer ce qu’il représentait à l’échelle du Cosmos, de l’Univers Infini, il se refusait même à y songer tant cela l’accablait.

Un jour, E. se coupa (sans gravité) le doigt. Un accident domestique très banal. Du sang s’écoula presque instantanément de la blessure. Un sang frais, rouge vermillon, tirant un peu sur le orange. Un sang palpitant, plein de vie en quelque sorte.
En regardant couler le sang hors de son corps, E. se demanda combien de globules rouges pouvaient être contenus dans cette seule goutte, lui donnant cette belle couleur rouge unique. En y réfléchissant, il se demanda combien de gouttes comme celle-ci se trouvaient dans son corps tout entier ? Il ne parvint pas à obtenir une idée du nombre de globules présents dans son corps. Mais il eut l’intuition qu’il devaient y en avoir des milliards…

En regardant ses propres globules rouges s’écouler hors de lui, anonymes et insignifiants dans la masse de tout son sang, et pourtant si singuliers et précieux sur la peau de son doigt, E. ne put s’empêcher de se sentir infiniment grand.
Et si reconnaissant à ces infiniment petits de le faire vivre.

Publicités

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s