#09

Ah la météo ! Elle influence nos vies vides d’une bien curieuse manière :
La pluie nous dessèche et le soleil nous inonde … de joie. Pourtant l’eau est à l’origine de toute vie, dont la notre. Elle est essentielle à notre survie et, quand il pleut, on a parfois le sentiment que… la fin est proche. En d’autres termes, c’est mortel quand il fait moche (comme ce dimanche).
Le soleil à l’inverse ne nous est pas indispensable — enfin, sa lumière (même faible) derrière les nuages suffit. S’exposer au soleil est terriblement nocif. S’exposer à la pluie l’est sans doute beaucoup moins (encore que ça dépend des endroits).

Nous devrions donc sauter de joie les jours de pluie car nous revivrions. Nous aurions plaisir à nous délasser sous des trombes d’eau et certaines régions bien arrosées deviendraient des lieux de villégiature prisés.
Au lieu de cela, tout en sucre que nous sommes, nous avons peur de fondre sous la flotte et nous préférons nous faire caraméliser et/ou griller au soleil. Attaquer notre capital santé et nous brûler la peau. Sommes-nous donc idiots ? D’où nous vient ce culte d’une sorte de Dieu soleil ?

Publicités

6 réflexions sur “#09

  1. Si la pluie est nécessaire à la vie, trop de pluie fait aussi périr les récoltes qui pourrissent sur place, lorsqu’elles ne sont pas littéralement noyées. Tout est donc question d’équilibre, encore une fois.

    Mais j’avoue toutefois être plus faune que naïade…

    « (…) par l’immobile et lasse pâmoison
    Suffoquant de chaleurs le matin frais s’il lutte,
    Ne murmure point d’eau que ne verse ma flûte
    Au bosquet arrosé d’accords ; et le seul vent
    Hors des deux tuyaux prompt à s’exhaler avant
    Qu’il disperse le son dans une pluie aride,
    C’est, à l’horizon pas remué d’une ride
    Le visible et serein souffle artificiel
    De l’inspiration, qui regagne le ciel. »

  2. Je pense que cela vient de la météo dans les journaux et à la télé, où c’est une catastrophe naturelle dès qu’il y a trois gouttes.
    D’abord, je ne râle jamais contre le temps qu’il fait, ça ne sert à rien. Et puis comme tu le dis la pluie est nécessaire.

    Comme dirait Maurane « J’aime les dimanche quand il mouille, Et qu’il me vient des regrets anciens, J’aime quand la pluie me débarbouille, Je me souviens du temps où tu m’aimais bien… » (La chanson de la pluie)

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s