A Paris

parisJ’apprends de plus en plus à connaître Paris et à l’apprécier. Au début ce n’était pas gagné. D’ailleurs encore parfois j’ai du mal : bouchons, pollution ne sont rien à côté de la saleté, du bruit qui eux-mêmes pourraient passer pour de moindres maux face à la surpopulation ou la juxtaposition de la plus horrible misère et de la plus outrageuse richesse. C’est en cela une ville relativement étrange, voire fascinante. Cosmopolite mais « ghettoïsée » à l’extrême, riche mais pauvre, luxueuse mais crasseuse, moderne mais afonctionnelle au possible… bref tout y est contraste et relative démesure. Je dis relative parce que somme toute, Paris en soi n’est pas très grande. Evidemment, c’est une ville étendue, importante, mais finalement on se retrouve toujours à traîner dans les mêmes quartiers, à fréquenter les mêmes squares quand il fait beau ou à arpenter les mêmes magasins semaine après semaine, mois après mois.
Alors c’est vrai, il y a beaucoup à y faire, à y voir aussi. Le spectacle est dans la rue, dans le métro, dans les appartements d’en face…. Il y a les théâtres, les musées, les expos, les vernissages, les magasins tendance, …, toutes ces choses un peu bobo. Il y a des cinémas et des restaurants à tous les coins de rue. Des gares aux quatre coins de la ville, des stations de métro tous les 500 mètres. Profusion de boulangeries, de bars, de supérettes, d’arrêts de bus, mais finalement tout juste assez pour contenter la masse de personnes qui vit ici. Les sexshops sont légions, les prostitué(e)s aussi. Tiens, rien qu’en bas de ma rue, il y en a au moins 4 régulières. De jour, de nuit, hiver comme été, il y en a de plus en plus. Paris est une ville de débauche, mais seulement quand on y est de passage. Quand on y habite on se sent comme gêné de coexister avec cette dépravation. Elle est sur notre route pour aller travailler, pour sortir, pour se promener… et finalement elle devient l’incongruité que l’on n’attendait pas. Il m’arrive de travailler dans le secteur de Pigalle par exemple et longer les boutiques aux devantures tapageuses pour aller bosser est une expérience à la fois amusante et à la fois  déplaisante mais en tout cas pas du tout excitante.
Ce que je préfère ici ce sont sans doute les surprises que réserve la ville quand on le regarde plus intimement : un embarcadère embusqué, une place de marché inattendue, un clocher caché, un parc secret ou une maisonnette insoupçonnée… On risque l’étonnement à tout moment. Même dans son propre quartier ! Pas plus tard qu’hier je me suis rendu compte qu’il y avait une impasse avec plusieurs petites maisons juste derrière le grand immeuble Haussmannien du bout de la rue… je passais par là pour rentrer en faisant un détour pour profiter du soleil. Un village au milieu de la ville. Et les exemples sont nombreux : un hôtel particulier flanqué de deux tourelles et qui prend des allures de château fort ou un potager le long de la voie ferrée pour ne citer que mes dernières trouvailles. La plupart je les décèle quand je pars faire un jogging. Depuis que je n’ai plus peur de me perdre je m’aventure dans les rues un peu en retrait : c’est là sans doute qu’est le vrai Paris…
Mais le plus surprenant est peut être la quantité de terrasses, jardins ou patios qui fleurissent sur les toits des immeubles. De vrais repaires secrets, cachés de la foule et de la circulation. Des petits nids d’amour perchés dans le ciel. Preuve que pour vivre heureux il faut vivre caché.

Publicités

6 réflexions sur “A Paris

  1. J’ai acheté un petit livre qui préconise des petites balades dans Paris (Paris Buissonnier). Sympa ces promenades pour traverser la capitale , cela permet de voir autre chose ou autrement quand il fait beau et chouette le soleil reviens, je vais pouvoir continuer à visiter et c’est gratuit.

  2. Je me suis déjà posé la question de vivre à Paris mais si j’aime y aller en touriste, c’est une ville très riche, la vie quotidienne avec ses bouchons en surface et ses bétaillères souterraines ne m’attire pas du tout.

    Il est vrai que sans y vivre, il est difficile de trouver des endroits particuliers trouvés au hasard des déambulations.

    C’est sûr aussi il faut avoir quelques moyens, du temps aussi, pour profiter de ce que la ville offre en richesse culturelle ou autre.

    J’avais déjà remarqué les jardins et les terrasses. Depuis les bureaux d’un de mes clients, j’ai pu constater que les parisiens essayaient d’installer la campagne sur les toits de la ville.

    • Malheureusement, beaucoup de gens qui vivent à Paris n’ont pas les moyens de profiter des équipements disponibles. En revanche, profiter du spectacle de la rue ne demande pas d’investissement, sauf peut être un peu de temps 😉

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s