Si longtemps

Il y a si longtemps que j’ai écrit ici que je ne me souviens même plus de quand ça date. J’ai l’impression que ça fait des années. Que le blog s’est arrêté pour ainsi dire, sans heurts, sans bruits. Il a disparu de mon quotidien sans que je m’en aperçoive vraiment. Oh, bien sûr, de temps en temps je me suis dit « tiens, ça fait longtemps que je n’ai pas posté quelque chose – même quelque chose d’insignifiant – et puis j’ai oublié. J’ai fini par ne plus y penser, comme si je n’avais jamais eu de blog. C’est fou !
La faute à quoi, à qui ? Y-a-t-il un fautif ? Est-ce dans l’ordre des choses ? Les blogs meurent ils de mort naturelle (je veux dire autre que celle décidée, presque programmée, par leur auteur) ?

A moins que ce ne soit qu’un souffle au coeur, une petite pause ? Le temps de se remettre de tous ces bouleversements et de repartir de plus belle ? Je l’espère. Car pour tout dire, je trouve l’aventure belle et agréable, même si l’écriture est une discipline exigeante et parfois ingrate, au regard du temps passé à choisir les bons mots et à les assembler dans ce qui nous paraît être touchant ou spirituel mais laisse les lecteurs de marbre. Faire passer des émotions à travers un enchevêtrements de lettres, de lignes et de phrases : voilà un vrai défi !

Mais j’en reviens à moi car je ne sais que tourner autour de moi même…
Ma vie continue donc, elle, avec ou sans blog. Je me réjouis toujours autant d’être à Paris, même si la vie ici est parfois cauchemardesque, au vrai sens du terme. La preuve l’autre jour avec ce rendez vous pris à 9h30 et cette succession d’avaries en tout genre dans les transports en commun. On aurait dit un mauvais rêve dans lequel un génie mal intentionné s’était mis en devoir de m’empêcher d’être à l’heure ! Obstacle sur la voie, retard inexpliqué, coupure de courant entre deux stations… Tout, absolument tout était concentré sur un seul parcours : le mien ! Du sur mesure !
Pour autant, je ne me laisse pas abattre. Ni par le froid qui m’a valu encore quelques jours de goutte-au-nez et de gorge irritée, ni par les déconvenues de tous types : professionnelles ou personnelles. De mal en pis, je fais des rencontres. Je ne m’avoue pas vaincu. Je me prends des râteaux, c’est vrai, mais je croise aussi des gens sympa (oui, ça existe ici aussi). Je rencontre même des blogueurs, preuve s’il en est que le blog a de l’avenir… Des blogueurs charmants, charmés, charmeurs, je ne saurais trop dire. En tout cas des gens d’une grande intelligence et d’une vraie sensibilité ; n’est pas blogueur qui veut !

La vérité, c’est qu’ici je me sens sans doute plus libre. Paradoxalement, alors que je suis contenu dans des horaires de RER, de métro, de bus et de train ; alors que le coût de la vie me contraint terriblement ; alors que je suis frustré de ne pas pouvoir faire autant de sport qu’avant… eh bien malgré tout ça, je me sens libre. Libre de trouver un club de sport, un bistrot, un spectacle ou une expo au coin de la rue. Libre de croiser 11 millions de personnes dans un tout petit espace. Libre d’admirer quelques uns des plus beaux monuments du monde. Libre de participer au tumulte d’une ville bouillonnante quel que soit le jour ou l’heure.
Le risque, en fait, serait de me perdre dans toute cette liberté. Mais heureusement, mon blog est mon fil d’Ariane.

Publicités

12 réactions sur “Si longtemps

  1. Pour moi tu es en bonne voie ca fait plaisir !
    En bonne voie pour le coté cauchemardesque (il ne te reste plus qu’a apprendre à le supporter) et pour el coté liberté mais ca c est plus dans la tete et sans doute sans rapport aucun, avec ton arrivée à Paris. Il ne te reste plus qu’à découvrir le coté solitude entouré de millions de gens et tu auras fait le tour de la question …
    Kiss mon ami

    • Aïe : pourquoi faudrait il toujours qu’il y ait un truc chiant à vivre comme la solitude ? Et si je rencontrais quelqu’un ? Après tout, 11 millions de gens ça fait au moins 2 millions de mecs à mon goût non ? A vue de nez…

  2. Cette impression de liberté c’est ce qui plait à beaucoup de parisiens : ils savent que tout est à portée de mains. Mais beaucoup se contentent de le savoir et n’en profitent pas pour autant…
    Quant au blog, une solution serait peut-être de mettre à profit le temps passé dans le RER pour préparer tes billets ? 🙂

    • Oui Loup, beaucoup de parisiens n’ont pas d’autre choix que de savoir ce qu’il y a autour d’eux et de ne pas en profiter faute de temps et surtout d’argent. Tout est si cher ! C’est dommage mais ça fait beaucoup de devises pour le pays, alors…
      Quant au RER; j’avoue qu’ayant été fortement affecté par une angine cette semaine, je lui ai préféré la voiture… Ceci dit, ton idée n’est pas mauvaise 🙂

  3. je me demandais ce week-end ce que tu devenais. J’ai eu la tentation de t’envoyer un petit message mais chacun est libre de disparaître de la Toile. Et puis « le meilleur de la vie n’est pas dans la direction dans laquelle on regarde l’écran » (moi-même :))))).

    • Tu veux dire que le meilleur de la vie est dans le réel ? Tu as tout à fait raison, mais un écran et ce qu’on en fait, c’est aussi une partie de notre réel… Et si tu veux me laisser des messages pour savoir ce que je deviens, n’hésite pas ! Chacun est libre de se poser des questions…

  4. Content de te lire à nouveau! Malgré la difficulté dont tu parles, tu écris vraiment de belles lignes. Ca m’intéresse de voir comment les bons côtés de la vie en région parisienne peuvent contre-balancer – et même prendre l’avantage sur – ses inconvénients. En tout cas, j’ai l’impression de mieux le comprendre en te lisant.

    • Merci Endim. Je ne suis pas encore rompu à la vie ici. C’est peut être ce qui fait que j’arrive à lui trouver encore du charme ! Pourvu que ça dure…

  5. Très joli texte, qui nous fait toucher du bout des doigts les vivisitudes de la vie parisienne, les bons, les mauvais cotés. J’avoue que moi aussi je me plais de plus en plus; et je prend mes marques doucement. Chacun son rythme, ne pas laisser s’imposer un tempo qui ne serait pas le sien. Ta raison les rencontres sympatiques éclairent le quotidien et qui sait ou cela peut mener ……….Le plus important, c’est toi, que tu te retrouve dans cette nouvelle vie qui commence professionnelle et personnelle.

    • Merci Traileurfou. L’important et le plus difficile sans doute (inaccessible ?) pour chacun de nous est sans doute de se retrouver dans sa vie…

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s