La fée des fêtes

Noël s’achève. Il ne lui reste plus que quelques heures à s’étirer mollement car l’ambiance des lendemains de réveillon est souvent amorphe. Excès de la veille ou nostalgie d’une fête finie ? Toujours est il que le 25 je me suis toujours senti glisser au milieu d’une journée médiocre, une journée (presque) pour rien. C’est à peu près la même chose qui m’attend dimanche prochain sauf que le 1er, il me reste l’espoir d’une nouvelle année qui s’ouvre, comme la première page d’un cahier qu’on ose à peine toucher de peur de raturer.

Cette année Noël était un peu différent de d’habitude car il n’y avait pas d’enfants. Noël avec mes parents… oui, bon. Un repas amélioré, la télé en arrière fond, un petit cadeau chacun et… au lit ! Moi qui suis toujours très fatigué le 24 au soir, cela n’a pas été forcément pour me déplaire. Après m’être levé à 5 heures pour consacrer ma journée de travail à servir des clients surexcités, et après avoir passé deux heures dans un train bondé, je n’avais plus qu’une hâte : pouvoir enfin fermer les yeux et dormir !  Quant au Père Noël il s’est montré raisonnable cette année et, là encore, je ne m’en porte que mieux. Déjà parce que je voyage en train ce soir et que rapatrier des tonnes de cadeaux jusqu’à Paris, puis dans le métro, n’aurait pas été une bonne expérience. Et, d’autre part, parce que l’excès de présents tue le plaisir de recevoir, me semble-t-il. La valeur de ce qu’on reçoit à Noël n’est pas un gage de plaisir. Je crois même que c’est l’inverse. Recevoir de trop gros cadeau me rend quelque part redevable de la personne qui me les offre. Et puis faire des achats inconsidérés ne rime à rien.

De toute façon j’ai tout ce qu’il me faut et bien plus encore ! Alors à quoi bon ?
C’est d’ailleurs un point de vue que je partageais il y a 3 jours avec le charmant garçon qui m’accompagnait, au départ pour boire un verre, et un peu plus tard pour dîner. Nous faisions connaissance et nous nous apercevions au fil de la conversation que nous avions une conception assez proche des fêtes de fin d’année. Un bon point… Une soirée agréable; une sorte de « fête avant les fêtes ». Et peut être la suite bientôt…

Finalement, un bon cru que ce Noël 2011. Une fête simple, sans chichi ni fioritures. La joie d’être réunis, même en petit comité et même pour un laps de temps très court. Et plein de témoignages d’amitiés reçus sur mon téléphone portable. D’ailleurs c’est peut être ce qui m’a le plus touché. Des amis qui pensent à vous (souhaiter un bon Noël) alors qu’ils sont avec leurs proches : voilà un beau cadeau !

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter à tous un très bon Noël (il est encore temps de le faire). J’espère que vous avez trouvé dans cette journée unique dans l’année de quoi vous ressourcer !

Publicités

6 réactions sur “La fée des fêtes

  1. Mais qui est donc ce charmant garçon qui t’accompagnait et avec lequel tu discutais ? Je ne me souviens pas que tu en aies parlé dans un précédent billet… peut-être dans un prochain ?

    • Ah ah… je me demandais si quelqu’un allait relever ce passage… La suite dans les prochains articles… peut-être…

  2. J’adhère entièrement, aujourd’hui on veux toujours faire dans le plus, plus, une aberration épouvantable qui conduit dans des excès qui occultent le vrai, la simplicité et la sincèrité comme le souligne Flavien.

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s