Crudité

Je suis malade… depuis hier. Voilà  une information totalement inintéressante. D’autant que ce n’est qu’un petit rhume sans conséquence (tout du moins pour l’instant ça ressemble à quelque chose de bénin). Malgré tout, tomber malade en plein mois d’intégration professionnelle est une vraie tuile (que je redoutais pour tout vous dire). J’étais déjà fatigué par mon nouveau rythme de travail et là, pour le coup, je suis sur les genoux ! Et puis les transports en commun, n’arrangent rien. Ça regorge de germes en tout genre et de courants d’air.  Bon, j’arrête de me plaindre ! Je vais survivre, cela ne fait aucun doute et ce n’est pas une raison pour se décourager !

Hier, alors que le métro me ramenait tant bien que mal chez moi, je me suis retrouvé à côté d’un couple. Assis face à face, ils papotaient tranquillement, partageant apparemment le même travail. Bien qu’ayant mes écouteurs vissés sur les oreilles et tentant de rester concentré sur mon livre, je n’écoutais pas ce qu’ils se disaient, mais quelques uns de leurs mots venaient s’échouer de mon côté. Je les avais d’abord pris, donc, pour deux collègues incapables de parler d’autre chose que de leur travail. Et puis, tout à coup, la fille s’est penchée en avant et a saisit les mains du garçon dans un geste emprunt de tendresse et d’empressement en même temps. Son geste ne me paraissait pas très naturel au final. Je la regardais faire et je regardais dans le même temps le visage du jeune homme. Il avait l’air, lui, de ressentir un certain plaisir physique dans ce « serrement » de mains. Car il n’y avait pas de douceur, du moins, je ne le ressentais pas comme ça même si les jeunes gens avaient sans doute l’intention de se montrer tendre l’un envers l’autre. Mais voilà, nos gestes trahissent souvent notre vrai état d’esprit. Et en l’occurrence, j’avais l’impression que la femme cherchait à se rassurer en touchant un bien aimé incertain et que l’homme ne cherchait qu’à profiter du plaisir d’être touché (même si ce n’est qu’aux mains, c’est un début).

Je ne sais pas si c’est la lumière atrocement crue, le bruit insupportable ou la puanteur qui régnaient dans ce wagon – mêlés à ma fatigue excessive -, mais j’ai soudainement trouvé leur témoignage d’affection complètement ridicule. Je n’avais pas envie de me retrouver à leur place car je voyais comme une évidence le moment où ils allaient se séparer, mettre un terme à cette idylle en carton pâte. Je trouvais vains leurs efforts pour se rapprocher alors que j’avais l’impression qu’ils ne vivaient pas dans le même Univers. Je trouvais moche ce geste de se tripoter pour se montrer qu’on s’aime (ou qu’on croit s’aimer). Comme s’il suffisait de ça pour partager quelque chose. D’ailleurs partage-t-on une fois dans sa vie un sentiment avec quelqu’un ?

Ne voyez pas dans mon propos la négation des sentiments amoureux ou je ne sais quelle forme de drapage dans des principes de vieux garçon aigris que je suis peut être. Non, juste une réflexion sur les formes que peut prendre le témoignage de l’intérêt qu’on peut avoir pour l’Autre. Je me demande si ces gestes ont un sens. Expriment-ils réellement ce qu’on croit qu’ils veulent dire ?

Ne vous formalisez pas, c’est sans doute la fièvre qui me fait délirer 😉

Publicités

11 réactions sur “Crudité

  1. Aigri non mais fatigué et un peu jaloux non ?
    Aller ca ira mieux demain l amour n’est pas ridicule et les manifestations d’attentions encore moins…

    • Oui, je sais bien que l’amour n’est pas ridicule. Allez, va pour le fatigué mais n’empêche que leur démonstration à ces deux là ne me faisait pas vibrer…

  2. ça devrait passer très vite : la grippe n’est pas arrivée.
    Je ne parlais pas de l’idylle de tes voisins de métro. Au début à Paris tout paraît un peu artificiel, puis on s’habitue. Il y a une gêne à se montrer dans les transports en commun. Les gens ont des gestes bizarres : un effleurement remplace une étreinte, un murmure fait office de conversation amoureuse. Eux seuls savent les interpréter.
    Tu vas t’adapter, fréquenter les parisiens blogueurs ou non, et dans quelques mois tu seras comme un poisson dans l’eau. Personne ne s’attend à ce que tu soies dans ton élément en cinq minutes.

    • Je te rassure, j’ai déjà commencer à me fondre dans la masse. D’ailleurs, je n’ai jamais été bien original donc je ne devrai pas dénoter de l’ensemble….
      Quant à mon rhume, il trainaille encore un peu mais le plus gros est passé. Merci 🙂

  3. Pour l’hiver, ne découvre pas d’un fil. Ne cherche pas de rime , il n’y en a pas. Un relachement sans doute, car il fait plus doux quand Alsace. C’est trompeur, le chaud le métro, puis l’air libre, le surmenage , un coup de froid est vite arrivé.
    Prend de la vitamine C et puis surtout un bon grog maison (lait bouillant, eau de vie fabrication artisanale , miel ) , au lit et demain plus rien. Au fait ya pas de petits plaisirs à ce faire du bien, Loup à raison tout est bon à prendre.

    • Bienvenu ici LPR ! Merci pour tes bons conseils !
      Loup et toi avez raison, bien sur ! Malgré tout, les deux tourtereaux que j’avais à côté de moi ne dégageaient pas de plaisir ! On aurait dit une mise en scène un peu fade et c’est ça que j’ai voulu décrire. Mais je ne sais pas décrire 😦

      • Il aurait fallu ajouter « Ils ne dégageaient pas de plaisir ! On aurait dit une mise en scène un peu fade. » 😉

  4. Pour le coup, je crois que tu te poses trop de questions : ils profitent de leur idylle et des petits plaisirs immédiats que ça leur permet, tout simplement 🙂
    Demande-toi plutôt comment tu as fait pour tomber malade à Paris alors que les microbes ne survivent pas là-bas ? Pour ma part, je n’ai jamais été aussi peu malade que quand j’étais à Paris.

    • Justement non, c’est tout le contraire que j’ai voulu exprimer : je ne me suis posé aucune question ; ça m’est apparu comme une évidence. Quant à mon rhum il est sans doute plus psychosomatique que viral…

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s