De charybde en scylla

Moi qui pensais encore samedi en fin d’après midi que « oui, c’était possible », je suis bien obligé d’avouer ce dimanche soir que « non, ça le fera pas »… Eh oui, mes amours germaniques avec S. n’auront duré qu’une semaine, le temps de trois petites soirées partagées. Que s’est-il passé ? A vrai dire, rien ! Tout s’est déroulé comme si d’un coup – je ne saurais préciser quand exactement -, je m’étais aperçu qu’il ne me « convenait » pas. En fait, en essayant de rester neutre et de ne pas juger, je dirais que je n’ai aucune attirance pour lui. Certes, les premières heures de notre rencontre ont été tendres. Certes, il m’avait fait une assez forte impression et certes, notre soirée de mercredi en Allemagne était tout à fait divertissante – voire dépaysante. Oui, c’est un garçon foncièrement attentionné. Seulement voilà : je n’en pince pas pour lui. Je n’éprouve qu’un plaisir lié à mon manque d’affection en partie comblé. Pour le dire autrement, j’ai cette sensation de ne pas m’intéresser à lui, mais plutôt de ne me préoccuper que de moi à travers ma relation avec lui… et quand je dis « lui », je pourrais dire X ou Y, indifféremment.

Et puis il y a cette langue qui est la sienne et que je ne comprends pas et celle-ci qui est la mienne et qu’il ne comprend pas. Nos conversations en anglais ne sont qu’un compromis très médiocre et ne servent que des banalités. L’essentiel, les choses abstraites ou intimes sont, au mieux, mal exprimées et, le plus souvent, tues. Evidemment on pourrait dire que ce n’est là qu’un détail mais je crois sincèrement qu’on se tromperait. Une relation ne peut pas, à mon avis, se développer correctement si on ignore le fonctionnement, l’histoire et les subtilités de l’autre. Par exemple, concrètement, j’ignore quel est son sens de l’humour : nos « blagues » ou jeux de mots dans notre langue maternelle tombent fatalement à l’eau et lorsque nous essayons de les traduire, le sens a disparu. Un autre exemple : j’ai eu beaucoup de mal à lui expliquer comment j’ai découvert, rejeté puis compris et enfin accepté mon homosexualité… et je ne suis toujours pas certain qu’il ait compris. Pourtant cela me paraît important pour comprendre ma sensibilité ou mon état d’esprit à certains moments. A moins que l’on ne s’appesantisse pas sur ce genre de considérations et que nous n’ayons pour objectif que le sexe. Je resterai discret sur ce point si vous me le permettez, mais j’avoue n’avoir pas trouvé beaucoup de satisfaction de ce côté là non plus.

Enfin, je vous raconte cela comme je le vis, mais peut être qu’au regard de ce que je vous confesse, vous avez une vision différente de l’attitude à avoir ? Je n’aurai donc pas de motif pour revenir plus que de raison dans cette région. On peut considérer que c’est dommage, ou pas. Cependant je vous arrête tout de suite si vous pensez que j’ai fait un choix. Je n’ai fait que vivre les choses telles qu’elles se présentaient. C’est peut être ce qui, ce soir, me rend un peu amer ?

Publicités

8 réactions sur “De charybde en scylla

  1. Bah c ‘était pas ton type c est tout !
    Pas de regret je pense aussi qu’un coup de foudre ne se serait pas arrété à la langue ne confond on pas trop souvent attirance et amour ?
    Bonne soirée mon ami….

    • Sans doute y a t il un gros amalgame parmi la palette de sentiments que l’on peut ressentir et sans doute aussi que nous varions de l’un à l’autre en permanence. Maintenant je confirme : S et moi, ce n’était pas un coup de foudre; ni pour lui ni pour moi d’ailleurs 🙂

  2. On peut savoir qu’une personne est faite/pas faite pour nous par l’odeur, le toucher, la parole, le regard… ou certainement les incompréhensions linguistiques. Il est possible que cette relation n’ait été pour toi que l’expression de l’affection que tu es prêt à donner et à recevoir. On dirait que tu devras trouver une personne qui corresponde davantage à tes goûts.
    Un parisien serait pratique.

  3. « Je n’ai fait que vivre les choses telles qu’elles se présentaient. »
    C’est précisément ce qu’il fallait faire, ne serait-ce que pour être sûr de ne rien avoir à regretter. Maintenant, tu peux aller de l’avant sans te retourner…

  4. N’est pas de regrets, toute ton attention en ce moment ne pouvait être sur votre relation, si cela avait été un coup de foudre réciproque, s’eût été autrement. Tu as réagit en fonction de toi et c’est bien.

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s