Barcelone point par point

Plutôt que de répondre à tous vos commentaires déposés à la suite de mon article intitulé « Embarquement » l’un après l’autre, je vais tenter de le faire à travers ce post que j’ai découpé en thèmes. Je ne veux pas vous lasser avec mes récits de voyage alors je vais essayer de rester concis. Je garde certaines visites ou certaines anecdotes pour d’autres billets plus spécifiques.

1 – Barcelone et la météo.

Inutile de vous dire qu’il n’a pas plu de la semaine. Il faisait un temps magnifique et, bien que les locaux trouvent que l’été a déjà perdu de sa superbe, je peux vous dire que j’ai quant à moi eu l’impression de faire un bon en arrière et de revenir en plein coeur de l’été. Un des avantages de la ville c’est qu’elle est aérée par la mer. Il y a toujours un petit vent qui vient vous rafraîchir quand vous ne vous y attendez plus.  Moi qui suis un in-habitué total des plages (et du soleil en général), j’ai réussi à me prendre un violent coup de soleil, non pas sur le nez mais… sur les fesses !

2 – Barcelone et sa population.

Globalement, j’ai trouvé les Barcelonais  assez accueillants. Je ne dirais pas que c’était franchement amical, mais en tout cas j’ai senti cette ville moins « froide » que Londres ou même que Rome. C’est peut être parce que ce n’est pas une capitale et que les gens ne s’y sentent pas, de fait, investis d’un certain rôle de représentation ? Peut être sont ils simplement plus détendus ? J’avais entendu dire beaucoup de choses négatives sur Barcelone et ses mauvaises fréquentations. Finalement, je ne me suis senti à aucun moment en insécurité, même la nuit. A moins que je ne sois pas allé dans les quartiers mal famés ? Mais en même temps, qu’aurais-je eu à y faire ?

3 – Barcelone et la cuisine.

Sans une rencontre qui a radicalement changé le cours de mes vacances, je n’aurais sans doute pas goûté la cuisine locale. Je sais, c’est fou, mais je dois dire que je n’allais pas à Barcelone avec l’intention de manger. Pour tout vous dire, l’heure du repas était même plutôt une corvée. Trouver quelque chose de rapide et de pas cher. En finir assez vite avec cette nécessité. A Londres par exemple je n’éprouve pas la même difficulté car là bas il y a pléthore de  petites gargotes asiatiques où l’on mange pour trois fois rien. Alors qu’à Barcelone, entre les restos pour touristes, les restos typiques et les chaînes de fast food, j’ai eu plus de mal à m’y retrouver.
Bon, ceci dit, comme je vous l’ai laissé entendre plus avant, une âme généreuse s’est chargée de me faire connaître la nourriture du cru. J’ai donc pu déguster, entre autres, une paella au lapin et aux escargots.

4 – Barcelone et les gay.

Le soleil, la chaleur, le tempérament latin… tout se prête à ce que les gens vivent leur sexualité de façon peut être plus libérée ou disons plus naturelle là-bas plutôt qu’ici. Ça se sent dès qu’on flâne le long des plages. Il y a l’incontournable plage gay de Barceloneta, plutôt du genre « m’as tu vu » qui rassemble sans doute ce que Barcelone compte de plus fashion victim et, parmi cette foule, un ou deux exhibitionnistes nus. Pas très plaisant.
Le long du front de mer, c’est un peu la même chanson avec tous les vrais faux sportifs qui, quelle que soit la température, font semblant de jogger (souvent torse nu) histoire de montrer qu’ils transpirent beaucoup et qu’ils en ont… dans les mollets.
Plus haut (là où je résidais), dans le Poblenou, la plage naturiste. Je m’y suis risqué (d’où mon malencontreux coup de soleil sur le cul). Plutôt conviviale et plutôt saine, dans la mesure où elle rassemble des gens qui pratiquent le naturisme comme un style de vie. Mais inévitablement la plage est polluée par des voyeurs qui s’installent en maillots au milieu des plagistes nus. J’ai trouvé cela fort dommage. Malgré tout je vous recommande de faire l’expérience du naturisme, et dans un premier temps à la plage car c’est, me semble-t-il, ce qu’il y a de plus facile.
Quant au « quartier gay » de l’Eixample,…. je l’ai cherché longtemps avant de me rendre compte qu’il était totalement dépourvu d’ambiance, de charme, d’homogénéité. Je n’affectionne pas le Marais à Paris, mais au moins quand on y est on sait qu’on y est ! Là pour le coup, j’ai vraiment eu du mal à  me sentir immergé dans une quelconque atmosphère gay. Du coup, j’y ai passé une soirée très « classique » ou en tout cas en tout point pareille à celles que j’ai pu passer dans d’autres quartiers. Un verre, un resto et au dodo.

5 – Barcelone et les choses à voir.

Evidemment, il y a plein de choses à voir à Barcelone. Une semaine me paraît être une bonne durée pour voir l’essentiel. Il ne faut pas avoir peur de se mêler aux foules de touristes. Pourtant, je suis arrivé à m’isoler un peu en parcourant des matinées entières des parcs et des jardins sublimes. J’ai aimé me perdre dans des ruelles de la vieille ville ou encore déambuler sur des marchés typiques. J’ai découvert l’ambiance des quartiers populaires encore épargnés par le tourisme. J’ai apprécié les avenues immenses et désertes aux heures les plus chaudes de l’après midi. Je me suis même offert le luxe d’une retraite dans un monastère. Un vrai régal.
Pour le reste, Sagrada Familia, Ramblas, Bari Gothic, … tout ce que les guides présentent doit être vu mais il m’est avis qu’il ne faut pas trop s’y attarder.

6 – Barcelone et les garçons.

Ah les Espagnols ! Je ne peux pas finir ce post sans évoquer le charme de ces garçons ténébreux, un peu sauvages, et si sensuels. Il n’y en a pour tous les goûts, même si la tendance est quand même aux gars assez petits, très bruns, assez poilus et à la peau plutôt mate. C’est vrai je n’ai pas vu de Barcelonais blond, mais il y a assez de touristes pour trouver son bonheur.
Côté rencontre, il a fallu que je tombe sur …un Français expatrié à Barcelone. Ceci dit, ça a grandement facilité la communication entre nous.
Et puis de temps à autres quelques oeillades très explicites : j’ai même eu droit à un clin d’oeil dans le métro ! De quoi donner envie d’y revenir…

Publicités

5 réflexions sur “Barcelone point par point

  1. la paella aux escargots est donc un symbole de la rencontre que tu as faite sur place. Mais comment, oú, comment ça s’est fini, on veut tout savoir!

  2. Merci pour ce compte-rendu détaillé. Oui, Arthur a raison, tu nous as mis l’eau à la bouche en évoquant cet expatrié français …

Et si tu réagissais ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s